Pour une autre politique monétaire Européenne / Pour un plan de relance !

Nous devons changer RADICALEMENT de politique monétaire. La rigidité monétaire de la BCE adoubée par la rigidité de l’Allemagne conduit à un désastre politique et économique.

Désastre économique car les plans de rigueur successifs conduisent à la récession partout en Europe. Désastre politique car les peuples se révolteront contre ces mesures inefficaces.
Il y a une autre politique possible : la relance pour faire redémarrer la croissance en changeant de politique monétaire : trois mesures s’imposent à ce stade.

– la baisse des taux de la BCE , l’actuel président semble moins dogmatique que le précédent , et on doit saluer sa première baisse des taux de base de 0,25 points, il se doit de continuer,

– La baisse de l’euro sur le marché des devises dont la surévaluation nous coûte entre 0,5 et un point de croissance du PIB chaque année , cette baisse peut être obtenue par l’action conjointe des Etats et de la BCE , la baisse des taux de base peut y concourir , mais c’est surtout la 3ème mesure qui peut y contribuer directement,

– La Monétisation de la dette par la création directe d’euros par les Banques Centrales afin de réinjecter des liquidités dans toutes les économies européennes pour financer les investissements . Il s’agit de créer des avances directes aux Etats à taux zéro , sur le modèle du » quantative easing  » de la FED américaine. Les dogmatiques vont hurler à la violation des traités , il est facile de leur répondre que la décision du 10 Mai 2010 autorisant le rachat de bons du trésor détenus par les banques commerciales sur les marchés secondaires était déjà contraire aux traités et au statut de la BCE. Nécessité fait loi.

Il convient d’ajouter qu’en raison de l’atonie de la production industrielle , cette création monétaire ne provoquerait pas d’inflation et nous avons de multiples investissements à financer.

Cette monétisation permettra aux Etats de se soustraire au diktat des marchés et à détendre les taux par une moindre demande.

Le choix est clair : Mourir avec la rigidité allemande sur l’euro et la BCE ou faire face aux nécessités en jetant aux orties les dogmes obsolètes qui plongent toute l’Europe dans la récession.

Les actuelles politiques monétaires et d’austérité sont suicidaires car elles engendrent la baisse de la croissance et en conséquence la baisse des recettes fiscales et la hausse du déficit.

Pour notre part , le choix est fait , il faut agir vite et fort , et mettre fin à l’indépendance des banques centrales européennes pour les contraindre à monétiser la dette .

La politique monétaire doit appartenir aux politiques responsables devant les peuples et non aux technocrates qui n’ont de compte à rendre à personne.