L’Europe Goldman Sachs !

Il n’appartient pas à des démocrates ni à des républicains, ni à des souverainistes, de se mêler du choix démocratique de nos partenaires européens lorsqu’ils désignent leurs gouvernements. Il n’en demeure pas moins que l’arrivée au pouvoir de MM. MONTI en Italie et PAPADEMOS en Grèce laisse perplexe, et n’augure rien de bon pour le futur de la zone euro comme pour leurs propres pays.

On se souviendra d’abord avec intérêt que ces deux personnalités ont travaillé étroitement au profit de Goldman Sachs, l’une des premières banques d’investissement au monde, qui à ce titre porte avec ses confrères une lourde responsabilité dans la crise actuelle et dans les fraudes d’Athènes.

On se rappellera surtout les passes d’armes entre M. MONTI, commissaire européen adepte du tout concurrence, et la France, lorsque ses décisions ont abouti au démantèlement notamment de Péchiney, l’un des fleurons de l’industrie française. De même on se souviendra de ses positions sur le futur d’Alstom, qui ont laissé des traces.

On se souviendra enfin qu’avant de rejoindre M. TRICHET et son dogmatisme monétariste à Francfort, M. PAPADEMOS a été l’artisan de l’entrée de la Grèce dans l’euro, avec les méthodes que l’on sait…

Ces deux personnages sont les archétypes des technocrates qui ont conduit l’Europe à la crise, leur nomination comme chefs de gouvernements ne présage rien de bon pour en sortir.